L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 12:23


Ils me regardent d’une manière étrange
je ne vais tout de même pas les couper
les savonnettes ne se trouvent pas à côté de l’eau minérale et que faire de la bouteille ensuite
je pourrais ouvrir une bouteille d’eau oxygénée mais ce n’est pas dans mon secteur

ils me regardent d’une manière étrange
comme si j’étais beaucoup d’années comme si j’étais illégale
j’essaie d’un grand sourire de dédramatiser la situation mais
c’est lourd la désapprobation du genre humain
pour des crimes si véniels

C’est la première fois de ma vie que je maudis mon goût pour les caleçons de danseuse
pas de poches où les ranger et prendre un air tranquille
c’est que j’en ai besoin
pour la suite
 
Je ne vais tout de même pas les couper
( je dis ça parce que je viens de passer à côté du rayon couteaux de boucher)
que pourrais-je bien en faire ?
d’ailleurs, je ne pourrais en couper qu’une
et cela ne diminuerait pas de moitié ma
FAUTE
à leurs yeux

Sans doute s’imaginent-ils que j’ai commis un meurtre
et viens avec arrogance pavaner les dernières traces de sang
montrer ostensiblement les preuves qu'aucune instruction rondement menée ne débrouillera
car les victimes sont
dans mon estomac
oui je lis cela dans leurs yeux et s'il existait encore des piloris ou des potences
sans jugement
expédiée
ce fut une sorte de meurtre en effet
tout être est vivant
et j’ai tué par centaines cette après-midi et sans remords
encore

Ils me regardent d’une manière étrange
alors
avec les dents de devant que j’ai très habiles

( j'étonne toujours les gens à ouvrir les bouteilles de bière avec les dents et couper le fil marin ou les plantes que je n'arrive pas à désherber avec les mains, au bout d'un certain temps je ne peux pas m'en empêcher il faut que je les coupe avec les dents et même déchirer les vieux draps pour en faire des torchons quand toute la famille a conspiré à me voler mes ciseaux )

je dois ces talents à un ancêtre castor qui traînait par là du côté de Chicoutimi

Avec les dents que j'ai très habiles
en continuant de leur faire des sourires qui aggravent mon cas
mes lèvres sont encore tachées de ce qui reste des sucs de mes pauvres victimes
sourires en rond et en triangle pour plaire à chacun
alors qu'ils ne mériteraient que la rage de ma morsure
je passe sous les ongles
pour ôter de leur vue ce chagrin mortel et violet que leur offrent
mes mains
mes ignobles mains
qui pendant deux heures ont cueilli des mûres
et que j’ai oublié de laver
avant de venir faire de la provocation payante au supermarché …


Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook