L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 17:18


Dames de cœur sept de carreau dame de cœur
.
C’est pour passer le temps.
Patience.
La tempête se termine. Pendant près de quarante huit heures elle ne lui a laissé aucun répit. Ce n’était pas le moment que tout tombe en panne, alors il est resté assis, nuit et jour, à sa table. Avec son jeu de cartes, à écouter les gnons qu’elle balançait à son rocher. Au loin les navires ont commencé à se grimper les uns sur les autres et puis plus rien. Plus rien d’autre que la tourmente. Comme si on avait ôté sa muselière à un chien. Et la gueule de la mer s’est refermée sur le ciel.

C’était beau les dernières vacances en Méditerranée. Mer calme la Méditerranée à ce qu’on lui a dit, lui il sait qu’il faut se méfier des apparences.
Aix-en Provence.
De là où il logeait, on voyait une montagne.
L’altitude lui manquait. Il a marché des heures, empruntant un sentier aux parfums sauvageons tout emplis de chaleur et près d’une enfourchure qui menait à la mer il l’a trouvé.

Il n’a vu que son dos.
Il serait resté des heures à le regarder peindre. C’était beau à voir. Aussi beau que les vagues quand elles frappent au hasard, aussi beau que cette montagne qui se dressait devant eux et dont il découvrait sous le pinceau de l’homme des nuances dont nul ne pouvait avoir idée, qui retournaient s'accrocher aux flancs et aux arêtes, à peine étaient elles déposées sur le tissu.

Des buses tournaient dans le ciel. Ca ne dérangeait personne.

Il tremblait de partout en voyant cette terre qui sortait de la toile. C'était pire qu'une tourmente. Peut-être que des archipels entiers s’engloutissaient ailleurs pour permettre cela ?

Ils ne se sont rien dit.
Il arrive un moment où rester quelques secondes de plus c’est déjà trop. Il l’avait perçu. Pas à un signe d’agacement, le peintre était ailleurs et ne s’était sans doute même pas rendu compte de sa présence derrière son épaule. Non.

Le sentiment confus qu’il fallait le laisser voir d’abord, seul, le jamais vu.
Une chose qu’on ne partage qu’après. Dont personne ne peut rendre compte. Une genèse qui doit se passer de témoin.

Le vent s’est calmé.
Cela fait plusieurs fois qu’il rêve des tempêtes et semble les provoquer dans les heures qui viennent.
La nuit dernière il a rêvé.
Dame de carreau dix de trèfle valet de carreau.
La nuit dernière il a rêvé.
Ne plus être seul face à ses cartes.

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Fictions courtes
commenter cet article

commentaires

lutin 14/07/2007 23:32

J'aime, j'aime ces cartes que l'on s'échange, je pense à une peinture de Quentin de la Tour, les tricheurs, mais nous ne trichons pas, les yeux bien en face. J'aime voir cette trame se resserrer. Nous ne serons jamais seuls.

Russalka 15/07/2007 08:03

Oh comme je suis contente que cette petite nouvelle t'ait rappelé Quentin la Tour car c'est cet éclairage là que je voulais pour la partie de carte, encadrant l'escapade au soleil de Provence... Non, nous ne sommes jamais seul si nous croyons en nos rêves.

Pant 27/06/2007 09:03

ça prend oui, ça prend des mots comme ça. emmené oui, mais pas reposé, non je suis resté là bas, peut être que la tempête me manquait en fait.

je mets votre site en lien de suite et repasserai lire plus

Russalka 27/06/2007 17:16

Merci Pant, contente que le lieu vous ait plu....

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook