L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 23:22





    Souvenir d'un bord de mer à Biarritz



Sombre si toujours la pluie
    sombre au large du sans
noirs mais sans fin les toits
        rouges parfois mais noire
la pluie
jour de châteaux rincés
jours de palmes sans fruits


sombre aux marges du temps
        le ciel plutôt mais gris

                         un peu la mer le vent
un peu de bruit midi
   aussitôt disparu



Viens.
Pour que l’arbre
et pour l’ombre


Viens





Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Chemins de solitude
commenter cet article

commentaires

le bateleur 13/04/2008 23:03

J'avais eu l'avis d'un second articlemais le lien ne menait sur rienc'est en jetant un coup d'oeil sous les délices de ta cuisineque j'ai aperçu ce poème un peu par hasardquel vivacité dans les sonoritéstoujours à la limite du déséquilibrecomme une démarche que j'aime à pratiquer en marchant sur les sentierset toujours le rythme apparaît et surprend à la foisun chantun appelpresque un sifflementla joie est au bout

Russalka 13/04/2008 23:31


Et tu avais bien vu, ce matin j'ai à peine eu le temps de poster ce poème qu'il avait disparu, j'ai cependant moi aussi reçu la newsletter
je m'y suis prise à trois fois pour le mettre en ligne
à chaque fois une fenêtre rose s'ouvrait me disant " Votre article ne peut être publié car il est vide (*!*) comme dirait Merlin

et c'est celui que tu viens de lire
Je suis contente que tu aies senti ce rythme
et d'autant plus s'il t'évoque tes propres glissades
un peu de pluie
un peu d'attente
un peu de froid
et puis la joie
au bout

Merci Luc!(et quand ta Douce et toi voulez, la maison est prête... et la cuisinière aussi ;o)


mireille 13/04/2008 21:24

ça me fait penser à une pluie qui ferait le gros dos, ou alors c'est toi, ou alors c'est toi et l'autre :)

Russalka 13/04/2008 23:19


En fait , c'est la ville qui faisait le gros dos, la pluie à Biarritz est de cette sorte détestable qui rentre sous les imperméables les mieux fermés
et autant cette ville est joyeuse au soleil
autant la grisaille lui donne un air de vieille dame au bord de la tombe.


Valentine :0056: 13/04/2008 16:32

Comme quoi, "marquise, vos yeux beaux d'amour..." ce n'était pas si mal ; j'ai écrit un peu comme ça un jour en traduisant Virgile : "hirsute, sa barbe, et collés par le sang, ses cheveux..." Il fallait le faire, et c'est très évocateur en fait. Etonnante, cette rupture de style à la fin : "pour que l'arbre... et pour l'ombre"... Oui, il fait si mauvais en ce moment. Nous étions à la montagne et en avons pris "plein la tête", si j'ose dire : j'en suis encore estourbie. Mais ça fait du bien !

Russalka 13/04/2008 23:15


En fait je me suis amusée à prendre à l'envers une phrase
la pluie toujours si sombre
et on peut bien sûr varier à l'infini, ensuite c'est affaire de musique. Mais je n'en ferais pas un système, d'ailleurs ce style ne me ressemble pas trop, il ressemble à ce que je voulis donner de
l'immobilité grise => pas de verbe.
Tu traduis Virgile comme ça, je t'admire, car tout ça est si loin désormais et je regrette d'avoir abandonnél atin et grec en seconde...


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook