L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 20:45





oiseaucri.jpg
Par le sang des saisons qui roulent sous la peau
Par la douceur de l’eau plus douce que la rivière ancestrale
par les gorges venteuses et la douleur du ventre

Je  cherche
   l'oiseau du cri poussé

Mon bateau désossé mon bateau bois de danse
        combien de fois combien la pluie interrogée
ou la bête mangrove aux gueules bousculées d’inquiétude ?

La nuit en pavillon de lisse immensité
    coulait d’un bord à l’autre de son sablier
        le cœur de toute chose était là
rassemblé
    point puissant et massif
point d’un noir indicible prêt à prendre son envol
vers l’une ou l’autre issue

   fracasser l’espoir sur la blancheur des gouffres
ou sombrer les parois d’une gaîté sauvage

Mon bateau désossé mon bateau bois carbet
    combien de fois combien
avons-nous traversé la forêt de nos peurs
        aux arbres contractés sur les plaies jetées là ?

Enfin
    après la dernière goutte du dernier fleuve
    après le dernier grain d'ombre du tout dernier soleil
        j’ai tenu dans mes mains l’inconcevable

Etait-ce l'empreinte de la fin ou le début de la parole

je ne sais plus

Posé sur une branche il rondissait son dos

    cela faisait un léger bruit de feuilles crachinées
les échos s'en allaient en quête d'origine
        rubans fins jusqu'à la transparence

petit battement des tempes serrées entre mes paumes
soie des plumes tendues sur la perte à venir

Il vivait
s’est réchauffé m’a regardé
puis a ouvert ses ailes en déchirant mes muscles et ma gorge et ma voix

la peur

devenue joie


Il ne m'a pas fait mal comme la première fois
L'oiseau du cri

****

oiseaucri


 Sous ce texte perdu et retrouvé en cache
je rajoute le commentaire que m'avait offert Jean-Pierre:

Ce poème est puissant et remplis de couleurs magnifiques d'évocations, d'états d'âme et de sensations associés à des liens congruents et accordés aux sentiments qu'a fait vivre le poète à la recherche des formes qui génèrent les sons.
J'ai fait en son temps la démarche inverse, en recherchant les sons qui pouvaient avoir été émis par un visage tourmenté :

Les cris du visage

Par le sang des saisons qui roulent sous la peau
J'ai retrouvé ces cris qu'exprimait ce visage
Et le dernier grain d'ombre accroché au soleil
Posé sur une planche a fait frémir mon dos
Et la peur, ce jour-là est devenue terreur.
Mes hallucinations ont vibré sur ma toile...














Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook