L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:13


Il s'appelait Arsène

au début il marchait du pas de l’escargot
ses pas laissaient des traces argentées dans le sol
le temps c’est de l’argent dirent les sages de son village
mais attention
pas ces monnaies sonnantes qui vous font trébucher
non cet argent qui pétille en séchant et s’émaille au soleil
s’envole dans les feuilles
et couvre les bouleaux d’une
nuance si secrète qu’on ne saisit jamais son nom.

Un malheureux matin il découvrir le pouvoir de la course
la boisson enivrante des obstacles franchis en allongeant le pas
il épousa la vitesse  en criant le temps c’est de l’argent
et en effet, l'Arsène transforma en objets
le moindre de ses pas.

Mais loin derrière lui, l’escargot se riait…
car si lente soit–elle, la spirale à un pied peut se poser partout et défier tous les angles.

Lui, tenta en vain de grimper aux vitrages
glissait
piétina les salades qu’il racontait partout
mentit
monta sur tous ses frères en tua quelques uns
pleura
s’empara de ses rêves
les assassina
et lorsque l’ambition le collait au plafond
ce ne sont des antennes
mais des boss
qui poussaient sur son front

Il devint triste.

Et l’escargot riait
de sa petite bouche qui festonne les feuilles

Il devint triste sa bouche se mit à tomber jusqu’à toucher ses pieds et enfin s’y coller
et plus il marchait vite
plus ses mollets tiraient le coin de ses lèvres
vers le bas

Alors il regarda par dessus son épaule et vit son escargot
qui se passait des jours qui se moquait des nuits qui s’adonnait au lent
les lèvres retroussées
pour mieux boire la vie

Il renonça à tout
le temps c’est de l’argent
mais pas celui qu’on dit
et depuis
lentement
Ii explique à ses frères
la relation de cause à effet
entre la marche rapide
et la crispation des zygomatiques




 

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Hommages et échos
commenter cet article

commentaires

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook