L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 09:47

 

pens--e-280.jpg



Lui aussi il attend
il a un peu vieilli il traîne dans ses plis

Il nous faudrait tous deux quelques gouttes de hargne à gauche de la bouche
une révolution de pétales indigo

Le vent ne souffle plus
les feuilles craquelées sont encore à la peine
gabarit de leurs barques posé
minuscule et vaillant aux racines des arbres


Viens me parler
jardin d’hier
mon fantôme ma pousse sombre ma fleur dévorante d'échecs
la petite mort du vert me pèse et
la tristesse ne m’aime plus

Il y a bien quelques signes
des bourgeons incarnats que sève à bout de force
les nid de chants d’oiseaux dans les chênes en bas
les buissons de gourmands que l’hiver capricieux a forci dans le noir
et puis surtout les chats dont le ventre la nuit vient tapisser de joie et d’un parfum de buis
les murs
le toit
les rêves

Je n’aime plus l’ocre triste des branches dans leur crépuscule
il me semble qu’il tète les couleurs du temps
ne laissant à goûter que silence impensable
au ciel figé de gris

Il y a bien quelques signes
mais ils sont indolores
et comme anesthésiés

Dis-moi tout bas
dis-moi
d’hiver
dix bleu dix jaunes et d’or et pourpres et sauve
toi

Jardin dis
vert ou mauve
que je puisse toucher les voix des campanules
dis moi ton voeu de perle mure
tes cuisses de rumeur
où le désir se glisse
à travers les doux leurres
offre nous manne,
eussent cris,
de fleurs




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

commentaires

Rébecca 15/11/2011 13:52



On sent bien dans ton poème le froid, la solitude, la tristesse de l'hiver. Pourtant, la vie n'est pas loin, un peu anesthésiée comme tu le dis. Au bout de l'attente naîtra une nouvelle saison.



Russalka 15/11/2011 19:15



 


Je crois en effet qu'il convient d'accepter les saisons, leur froid trop rigoureux, leur chaleur trop pesante. En
vérité, une seule saison trouve grâce à mes yeux : le printemps! Il signifie le retour de la Vie. L'éclosion merveilleuse de toutes mes plantations, la toute petite angoisse de ne voir revenir
des fleurs charmantes d'hier. Merci Rebecca!



Valentine :0056: 14/11/2011 21:23



Magnifique, décidément... Comme tu sais le faire parler, ton jardin - et en parler ! Et de tes chats aussi... Jusqu'à ce malicieux jeu de mots final
!



Russalka 15/11/2011 19:09



 


Cet après midi, je regardais les feuilles mortes accumulés sur les plate-bandes, cela me faisait peine et en même
temps, la joie de savoir que se fabrique de l'humus qui amendera ma mauvaise tere... Mille merci Valentine!



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook