L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 08:48

 



grand-papa.jpg

Mon grand-père était à la fois un homme des champs et un homme des livres.
Partir en promenade avec lui était un  régal. Il restait silencieux puis tout à coup, au détour d'un chemin ou au bord d'un taillis indiquait de sa pipe une plante inconnue dont je ne retenais pas le nom, peut-être comme je ne retiens pas les histoires drôles afin d'en rire à chaque fois. Son savoir qui était sans orgueil de lui-même m'éblouissait.




Il marchait les yeux baissés mais curieusement semblait tout voir.
Il y avait dans des malles du grenier des vieux livres collectés au hasard de ses pérégrinations, des vieux livres qui fleuraient bon le vieux papier et dont les gravures m'étaient un enchantement. Entassés sans souci de logique des almanach, des livres de médecine domestique, de pharmacopée florale, de jardinage, d'alchimie, des romans, des revues par milliers...

Je me demandais souvent comment il pouvait, ne se fondant que sur des gravures en noir et blanc, reconnaitre dans la nature vivante et si colorée des espèces souvent très proches - pour la néophyte que je suis restée et qui se contente d'apprécier les couleurs et parfums. Il y avait de ma part  négligence  imprudente du temps de lecture et d'appropriation qu'il consacrait à ces ouvrages.

Mon mari est botaniste passionné et comme tous les amateurs de fleurs, il s'est référé depuis le début de ses promenades à des opus qui, avec le temps, ont répondu de moins en moins à ses attentes.
Il lui manquait un livre pour herboriser, un vieux livre en noir et blanc, un livre moins rutilant de couleurs que ces magnifiques ouvrages d'art dont les photos sont régal immédiat pour les yeux mais ne permettent pas vraiment de faire connaissance avec une espèce dans ce qu'elle peut présenter de variétés formelles.

Il lui fallait de plus en plus souvent des illustrations tracées à la main et non par un appareil photographique aussi perfectionné soit-il.

J'ai essayé de comprendre pourquoi cette préférence pour le dessin à la main plutôt que le saisissement des données colorimétriques.
Il semblerait qu'une photo, loin  d'animer le sujet photographié, le noie sous des données d'une telle puissance évocatrice et partiales/partielles qu'on ne voit plus que ce specimen là, qui écarte tous ses frères moins bien dotés par la nature, moins/ plus ouverts, moins/ plus somptueux, moins/plus élancés etc.

Une photo essaie de se valoriser à travers ce qu'elle saisit

Un dessin se dévoue
afin d'offrir l'angle qui permet de tout voir...


Les détails minuscules qui font la différence

Les détails minuscules qui font la RAssemblance

Les détails minuscules qui pourrait faire la REssemblance
et emportent vers de fausses pistes.


Un dessin fait avec amour par un passionné érudit rend compte en peu d'espace à la fois des caractères propres à une espèce végétale et de la multiplicité de leur expression.


Ce livre là, qu'il recherchait depuis longtemps, est désormais en permanence dans son sac de promenade,
offert par un ami qui sait notre amitié pour les belles pages qui ont vécu et attendent qu'un regard les rende une nouvelle fois à la vie.

Il s'agit de la
Nouvelle Flore Française
descriptions succintes et rangées par tableaux dichotomiques
des plantes qui croissent spontanément en France
et de celles qu'on y cultive en grand.

Editions Garnier 1873

Rien que le titre est un délice... mais pas seulement. Ce livre parle de la relation au jour le jour avec ces plantes qui participaient de l'hygiène domestique, vétérinaire, de l'art aussi... toutes choses qui ont disparu lentement de nos contacts avec les plantes des fossés et des champs, leur préférant souvent les fleurs sur catalogue.



 
J'ai plaisir à vous en offrir deux pages, en espérant que comme nous vous apprécierez  la finesse du trait, le temps passé à surprendre, tracer, ombrer, légender...

Quand je lis cette phrase qui parle du Cnidium Apioïde:

" Fruits courts, presque didymes, comprimés par le côté. Plantes glabres des marais et des lieux humides, à tige fistuleuse ". ( figure 50 et 51, les deux premières en haut)
je ne peux m'empêcher de me dire que le vocabulaire poétique se niche en des lieux insoupçonnés...










Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Coup de coeur pour des livres
commenter cet article

commentaires

Martine, la pelerine 01/12/2009 18:11


Je viens de retrouver les références de ce bouquin, clique sur le lien, tu auras en prime l'avis de quelques acheteurs qui semblent tous ravis de leur acquisition !
Bises
http://www.amazon.fr/product-reviews/2092604430


Russalka 02/12/2009 12:10


Effectivement, la couverture est sympa et les avis enthousiastes,
hop dans ma lettre au Père Noël, mille merci Martine et bises en retour


martine, la pelerine 01/12/2009 13:10


il semble qu'il y ait un bug sur la signature des commentaires... le message précédent est de moi,
Martine, la Pelerine


Russalka 01/12/2009 16:20



Je sais, cela m'arrive une fois sur deux, comme il m'arrive une fois sur deux de devoir retaper mes coordonnées, comme il m'arrive une
fois sur trois de répondre à un comm et de constater deux jours plus tard que tout est à refaire, comm mangé par la machine. OverBug ;o)



martine, la pelerine 01/12/2009 13:07


Je comprends ton émerveillement car je ressens le même lorsque j'ouvre et feuillette ce genre de merveille... Je me suis procuré des ouvrages similaires mais plus
récents bien sûr (je n'ai pas eu la chance d'avoir un père botaniste dans l'âme) où la couleur en effet empêche peut-être de voir l'essentiel mais est pourtant une bonne référence visuelle. J'en ai
un notamment qui procède comme pour mener une enquête et qui prend justement comme point de départ la couleur de la fleur (et non comme dans les livres plus scientifiques, le nombre de pétales, de
sépales, la forme du pistil etc...) c'est un très bon livre pour un promeneur qui a le souci de reconnaître ou de connaître ce qu'il découvre au hasard de ses promenades... (le titre : "Mais quelle
est donc cette fleur" !)
Bises Viviane


Russalka 01/12/2009 16:18


Tu es adorable Martine de me donner ce titre, je sens que je vais me l'offrir pour nos promenades à Michel et moi
un classement par couleur, cela rejoint la manière de certains sites de champignons de bois où je me promène sans me lasser sur la toile
Mille merci de ta visite et à bientôt, bisous


J F 24/08/2009 22:54

Une grande chance d'avoir eu un grand père amateur des plantes et des fleurs. La nature donne tellement !Mille mercis pour vos souhaits d'anniversaire.Le pèlerinage à Compostelle continue à me prodiguer des témoignages de fraternité précieux. La vie est très belle quand on cherche à en extraire l'essence.

Russalka 25/08/2009 12:08


C'est vrai ce que vous dites
pour cela
le coeur ouvert et les mains vides
prêtes à l'offrande d'un accueil
merci JF


marc 14/12/2007 17:48

la flore de Bonnier et celle de l'abbé Fournier sont mes deux bibles :-)
je préfère encore celle de gaston Bonnier , je la connais mieux
oui ce sont des mots scientifiques
mais ils rejoignent bien sûr les sphères poétiques :-)

Russalka 15/12/2007 20:29

je ne connais pas tout cet univers, Michel bien mieux que moi, mais je retiens tout de même, on ne sait jamais, les deux noms que tu m'offres ici. Oui, ce vocabulaire est précis et précieux et si voyageur aussi ;o) merci Marco;

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook