L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 10:09


Mes corneilles sont des oiseaux charmants, très affectueux, très drôles à regarder vivre. Il y a peu l'une d'elles s'est éloignée de la maison, comme il convient à des
oiseaux adolescents. En vérité elle a dû se retrouver coincée sous la haie et sous le regard de tous nos chats. Son aptitude à voler était encore bien fragile.
Je désespérais de la retrouver vivante.
La présence toute proche d'animaux m'est aussi indispensable que l'air que je respire...
Le lendemain matin, sur le coup de huit heures j'apportai son repas à celle qui était restée plus sage. Rien alentour. Avec beaucoup de chagrin, je suis rentrée vaquer à mes travaux quotidiens. Une heure plus tard, j'entendais de grands coups de becs sur la vitre. Elle était là, toute trempée, agitant les ailes comme le font les oisillons envers leur
mère.






Depuis, pour qu'elles prennent à chaque fois plus d'autonomie, je les laisse en liberté dans la journée. Elles reviennent spontanément dans leur volière le soir.  L'idée étant qu'elles soient capables de subvenir seules à leurs besoins tout en sachant qu'elles peuvent se réfugier chez nous et y trouver de l'affection, un abri, de la chaleur... Elles se régalent de vers de terre, de débris de je ne sais quoi qu'elles dévorent avec gourmandise sous le regard interloqué des chats, bien plus dépendants. J'ai ainsi élevé en Afrique deux chouettes merveilleuses et un
vautour charognard  extraordinaire de beauté et de calme.

Pour revenir à mes corneilles, elles sont toujours suivies à distance par la petite classe des chatons que l'on voit ici jouant dans l'escalier qui mène aux chambres sous la surveillance agacée de leur mère... On devine la queue terre de sienne qui bat, les oreilles tendues vers le danger possible, le regard qui surveille en dormant.



Ces petits fauves brûlent sans doute de leur caresser les plumes. Mais déjà l'envergure de mes deux oiseaux est grande, quoiqu'elles ne fassent actuellement que la moitié de leur taille adulte, et il suffit qu'elles battent des ailes pour que la tribu Matou se disperse, poil hérissé et queue en goupillon. Une corneille  a une envergure de 109 centimètres et vit environ 20 ans.

Quant aux chats déjà grands, ils s'en tiennent à distance. Ils doivent savoir de toute éternité que cet oiseau est de goût très amer et dure consistance, à tel point me disait mon grand-père ( qui tenta d'en consommer durant la grande guerre) que pour savoir s'il est cuit, on le cuisine avec un caillou. Quand le caillou est tendre, c'est que la corneille est à point... bref, les adultes restent à dix mètres et font de grands écarts lorsqu'elles se rapprochent d'eux.

Quand une corneille mange, elle commence par se goinfrer, puis va cacher ce qui reste de son repas dans des endroits connus d'elle seule, son garde-manger, où cet oiseau charognard fait " mûrir" la viande. Elle creuse des petits trous dans la terre avec son bec, y enfonce soigneusement la viande, puis fait le tour du jardin à la recherche de cailloux soigneusement calibrés qu'elle pose au dessus du trou pour le fermer. Le tout en surveillant le ciel, car si un oiseau apparait entre deux nuages, elle va à toute vitesse faire l'inventaire de ses provisions et les avaler d'un seul coup d'un seul!

Le matin, lorsque je les sors, elles volent vers moi en poussant des petits cris affectueux, se collent de tout leur être ailes largement écartées contre moi, mordillent mes cheveux, frottent leur tête contre mon cou puis vont vivre leur vie...




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

Ut 21/08/2009 15:24

Ils  procèdent de l'humble. Comme quand on met les mains dans la terre, et qu'on se laisse envahir.

Russalka 23/08/2009 09:27


C'est vrai... Merci Ut


Ut 20/08/2009 14:09

Voilà peut-être pourquoi tu es si pure!J'ai découvert les animaux récemment.... un enrichissement tous les jours... et toutes les nuits, quand je soupire d'un mauvais rêve, et que ma chatte enfle son ronron pour m'apaiser; sans bouger; juste là, à côté de ma pauvre tête........Merci beaucoup pour tout cela Viviane..; c'est tellement doux!

Russalka 21/08/2009 15:18


Je ne crois pas qu'il y ait d'êtres purs ou impurs
nous sommes tous mi anges mi démon (sourire)
mais il est vrai que la présence d'animaux est un réconfort. caresser une bête
sentir son empathie ( car les animaux sentent le mal-être de l'humain qui les soigne)
c'est bon dans une vie...


Ut 19/08/2009 15:18

Un très doux moment!Je connais les corneilles de Chamonix... elles me faisaient peur avec ce cri noir, quand j'étais enfant!

Russalka 20/08/2009 13:34


J'adoooooore les oiseaux noirs!
ce sont mes copains. Comme les charognards d'ailleurs. Tiens, je ne sais si tu connaissais cet article
je te joins le lien et la photo




tu comprendras mon amitié pour les animaux, j'ai grandi au milieu d'eux...



Martine, la pèlerine 30/05/2009 12:44

une page comme celle là en dit bien plus sur toi que sur ces sympathiques oiseaux...j'ai eu plaisir à suivre ton lien vers cette page pleine d'amour.

Russalka 30/05/2009 17:01


merci Martine, ces oiseaux sont mes amies
j'ai besoin d'oiseaux noirs
et libres
et ceux-là sont si attachants (sourire)


Michèle 17/07/2008 19:43

Voilà le premier site que je visite depuis mon inscription, et quel plaisir ! J'aime ton coup de plume... et celui de tes corneilles. J'aime ta façon d'écrire et celle de tes chats d'aller titiller les volatiles. Merci ! Je reviendrai...

Russalka 18/07/2008 10:01


Mille merci Michèle, j'aime aussi beaucoup le coup de plume de mes corneilles, elles sont mignonnes comme tout...


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook