L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 08:51




Au fur et à mesure que la petite troupe avançait, Merlin ralentissait son pas. Il devinait l'épuisement des voyageurs au bruit de plus en plus sourd  de leurs chaussures dans le sable des sous-bois.

Bientôt le chemin s’élargit et leur découvrit une forêt aux essences bleutées recouvertes de fruits d’or minuscules, réplique métallique et sylvestre des vêtements du Mage.

Ukraine luttait contre cette fatigue dont elle sentait l’ivresse la gagner depuis la sortie du trou de vers.
Son organisme récupérerait-il intégralement ses aptitudes à chaque fois ? Vieillirait-elle d’une façon accélérée ? Cette quête dont elle avait pris quasiment seule la décision, il fallait à tout prix qu’elle reste légère en son cœur, que nul  regret ne vienne en dessécher le cours.


- Nous sommes loin encore ?
- Loin ?  Loin de quoi ? Avez-vous idée seulement de l’espace que nous avons parcouru ?
- Non, c’est bien pour cela que je vous le demande…

Le Magicien se retourna et la fixa d’un regard gris  dont elle sentit le froid courir sur son visage comme ces brises du petit matin qui vous mordent la peau et figent l’expression.

- Jeune femme, les dimensions de ce monde ne sont pas les mêmes que celles de cette planète en faillite d’où vous provenez, si vous ne laissez pas derrière ce tronc d’arbre vos préjugés, je ne peux jurer de rien.

Ukraine se retourna, un frôlement aussi obscur et léger que du papier de soie avait atteint ses récepteurs très aiguisés. Ses compagnons, les yeux emplis de désarroi  se serraient les uns contre les autres.
C’est alors qu’elle vit. Les arbres avançaient vers eux, resserrant leur corbeille d’écorce et de feuilles autour de leur petit groupe, puis l’un après l’autre s’en déshabillaient, laissant apparaître figures qui n’avaient rien d’humain, à la fois transparentes et colorées, grimaçantes ou accueillantes, mais dont l’objectif évident était de les palper.

L’un deux, au tronc épais et au plafond silencieux et vaste tendit vers elle une branche à huit mains. Elle ne ressentait aucune hostilité, juste la curiosité paisible de qui a attendu des siècles avant de voir ce qui était prédit. Il promena ses doigts sur son visage puis se mit à chanter une mélodie aussi verte et douce que les images de l’enfance. Elle lui tendit alors la main.

- Comment se nomme ce prodige ?

Merlin s’était tenu à l’écart de la scène, visiblement agacé du retard qu’ils prenaient.

- L’arbre de communion. Bien... maintenant que vous avez fait connaissance, abandonnez vos préjugés comme je vous l’ai demandé, abandonnez les aux arbres. Ils sauront quoi en faire.

Il attendit quelques secondes puis devant leur absence de réaction, fit un mouvement de la main vers les voyageurs. Des ombres se détachèrent de leurs corps, à la fois minces et opaques, glissèrent sans demander leur reste sur le sol et disparurent dans la nuit comme des belettes effarouchées.

- Vous serez plus légers les uns et les autres pour  traverser le miroir aux fées.
Nous arrivons…

Ukraine et ses compagnons furent saisis d’un soudain vertige. Serti dans un cadre de schistes rouges et bruns, un étang de taille modeste se dressait à la verticale au cœur d’une clairière de pins bleutés et d’ormes simplement vêtus de leur incroyable beauté d’automne.
L’étang ne reflétait qu’un ciel tranquille dans lequel s’étirait un vol de cygnes.
   

Deux petits personnages aux oreilles effilées  et aux pieds semblables à ceux d’un cochon, guère plus hauts qu’un enfant , gardaient l’accès à cet étang miroir, tenant en laisse une oie sauvage.

Ils virent tous cinq leur reflet trembloter comme les feuilles des peupliers argentés au printemps puis se disperser dans les profondeurs cette eau.

Merlin leva le bras, chassant la brume légère qui entourait le lieu. Un claquement aussi bref qu’un coup d’orage sec l’été se produisit alors…

Six jeunes femmes, si belles qu’Ukraine et ses compagnons en eurent le cœur et l’âme douloureusement changés, sortirent une à une de ce miroir et se dirigèrent vers eux...




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans La dixième Planète
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 15/08/2008 19:20

De LE dire, pardon.

Russalka 16/08/2008 10:16


Ne t'xcuse aps, la petite erreur de frappe avait tout son charme
Bisous Valentine


Valentine :0056: 15/08/2008 19:20

C'est magnifique, et de plus si bien écrit... Un enchantement, c'est le cas de la dire.

Russalka 16/08/2008 10:19


Je suis en train de r"édiger la suite, j'espère que tu aimeras la planète des lois de papier
celle  des inventions qui auraient pu faire le bonheur de l'humanité
etc...
merci d'avoir aimé , c'est bien dur d'écrire un livre ;o)) et se tenuir à une rigueur quotidienn n e


L'Innocente 14/08/2008 16:21

J'aime beaucoup ton style et ce voyage dans la réalité d'en-dessus.

Russalka 14/08/2008 21:52


Merci Innocente et questionneuse à ce que j'(ai pu lire (sourire)
contente que tu aies apprécié ce voyage là. Il est loin d'être etrminé mais je vais me poser un peu.


Merlin le zeteticien 12/08/2008 16:29

Ah, ce Merlin ! Toujouts aussi précieux comme guide... Les arbres qui avancent j'adore ça.

Tu publies chez qui ? Gallimard jeunesse...

Vraiment, ce Merlin ! C'est un drôle de bonhomme ! Il a tout de Moïse avec son bâton de pèlerin magique, tu ne trouves pas ?C ki Poca ? Pocahontas. J'ai ma petite ID derrière la tête : une indienne peut-être un pocco Cheyenne, un rien duchesse de Normandie qui deviendra reine d'Angleterre, non ?

Russalka 13/08/2008 10:02


Merlin est en tous domaines un guide formidable. J'ai lu avec intérêt la remarquable conférence d'AMD dont tu m'avais envoyé le lien. je t'envoie un mail là dessus
ce soir.
...
Moi aussi j'adore les arbres qui marchent, par exemple en Afrique les Baobabs qui changent de lieu la nuit.
Ton bâton est magique, j'aimerais bien moi aussi parfois poser des images qui bougent mais bon, dans une autre vie ;o) Quant à Poca, oui, c'est une référence à la vraie Pocahontas  dont le
mariage avec un colon  calma les tensions dans les régions  envahies au XVIIème.J'avais adoré le dessin animé, entre autre pour ses belles chansons, mais si en plus elle était un peu
duchesse de Normandie alors, là, je suis comblée ;o)
Bisous


Poca 12/08/2008 14:29

Douce torture... !!!! C'est pire que de lire Harry Potter 6 et de ne pas avoir le 7 en mains!!!! En tout cas je vais dors et déjà commencer à le traduire en anglais... :) Il partira ainsi plus vite outre atlantique! bisous maminette, merci pour cette courte mais féerique suite.

Russalka 13/08/2008 10:07


Mais je ne veux pas te torturer ;o))
Cela me réjouit de savoir que tu vas entretenir ton anglais à travers ces textes, bonne idée que tu as là.
la suite arrive bientôt, mais tu sais, je suis un peu adepte des chemins buissonniers et parfois je commence un truc et le laisse de côté parce que une autre inspiration survient dans une autre
direction, un autre espace,ce qui m'évite l'angoisse de la page blanche que rencontre forcément toute personne centrée sur un seul objectif...
Bisous ma belle


Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook