L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 06:26





La pièce était posée

     grand cube tapissé de toile de Jouy
   sur des carreaux de Gironde dont la patine creusait l'enduit

Quelques blessures écaillaient les pierres

 
Au centre le cercle d'une lourde table
quatre portes
et quatre angles.

Dans l'un une vieille horloge comtoise
dans l'autre une lampe à huile au sommet d'une déesse dénudée
le troisième était tout empli de mon piano
le dernier était vide

En une pièce j'avais d'un seul coup d'oeil accès
au temps
à la lumière qui le traverse
à la musique des sphères
à l'espace dont nul ne saura jamais ce qu'il est réellement

Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans autobiographique
commenter cet article

commentaires

clementine 03/10/2010 22:57



un texte très complexe.


bonne soirée


clem



Russalka 05/10/2010 09:59



Merci Clem, pas si complexe que cela mais bon ;o)...



marlou 03/10/2010 09:53



Un beau regard sur l'espace !



Russalka 05/10/2010 09:58



Merci Marlou!



Miche 03/10/2010 07:22




Longs moments de suspension qui donne ce regard du dessus



Longs moments d’introspection qui donne ce reflet en chaque objet



Longs moments de méditation où l’on voit la vie s’écouler



Absence/présence de l’esprit qui se laisse étirer



 



Lol, j’entends le piano…


 



Russalka 05/10/2010 09:58



Tu as bien senti cette dialectique
(sourire) en quatre temps
normal par conséquent
que tu entendes la musique...



ulysse 02/10/2010 18:44



Qui prête attention aux blessures des pierres, sinon les poètes !



Russalka 05/10/2010 09:57



Absolument, nous entrons en communciation avec elles, mais personne ne nous croit quand nous le disons ... sauf ceux qui en font
autant (sourire). merci Ulysse!



Valentine :0056: 02/10/2010 18:35



C'est magnifique cette évocation de la pièce posée comme un objet, c'est à dire vue un peu comme dans un tableau ou dans un miroir... et cette amplification
au temps, à l'espace... Une réussite. Surtout s'il s'agit d'un hall, lieu de passage et non salon de musique !



Russalka 05/10/2010 09:49



Il s'agissait du hall d'entrée. Une pièce claire qui menait à la nuit car les autres pièces vivaient dans l'ombre. Un peu comme si on
avait voulu attraper des mouches dans un beau cristal avant de les confiner à du mauvais vinaigre ;o))) Bises et pardon du retard à répondre et lire, mille occupations et pannes d'électricité qui
ont entravé un peu le déroulement des choses...



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook