L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 12:09

 






Plus tôt vieillissent les herbes
  hautes déjà, sèches et presque cassantes
traversant par endroits la résille des grilles
       étayant son bandeau lâche le long du parc.
 
Dans les fossés autrefois poussaient des formes
            étranges à l'enfant que j'étais
      penchée sur l'eau épaisse et noire.
     
         
         Quelques plantes plus basses
          pour habiter l'espace
qui veut la main, le pas, le temps qui passe.


Rien n'a changé.

    Il y a dans la lumière quelque chose qui semble
arrêté pour toujours dans le métal des trembles
      et quand entre les futs apparaît la maison
           c'est un signe venu pour taire d'autres ombres.


On dirait que l'enfance vient de se relever
       de ses rêves de foins
             et rit un peu
au loin.


Suite



publié par Viviane Lamarlère - dans Fragments
commenter cet article

commentaires

ulysse 04/05/2010



Oui l'enfant que nous étions revient parfois nous visiter dans l'ombre noire des forêts , dans la lumière verticale d'un champ de blé ou le miroir des étangs profonds...



aimela 18/02/2012


Souvenirs, souvenirs lorsque la nostalgie est bonne , on y retourne sinon, on le laisse sur le coté près à s'enfouire. très joli poème

ulysse 18/02/2012


enfant on voit des choses que l'on ne voit plus adulte quand on a perdu son innocence 

marlou 19/02/2012


L'aubaine d'une poesie unique nous attire toujours ici...Merci Viviane pour la beauté


que tu offres.

Jipé 30/04/2014

Mes rêves des foins sont bien loin mais je suis encore imprégné de leur odeur, plus forte encore que celle des madeleines de Proust.

Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...