L'auteur


bretagne-aout-2009 0053

Sceau1.gif
Blog de poésie, histoire de la musique et des arts,
contes, cuisine, philosophie, défense et promotion de la laïcité


anti_b

Musique de la semaine

Arundo Donax

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 11:59

 


Entre le Dire et Taire épopée ou silence
que de pétales fanés
d’odeurs en demi-teintes abandons incessants aux sources qui voudraient
tu le sais Toi
que si la terre se meurt c’est la mort du poème
qu’il faut des sentinelles pour garder le mystère
tremblant
au fond de la poitrine
que l’envie l’énergie la douceur s’éteignent si on ne nourrit pas la nausée le roulis

Dis-moi où est la route
entre le Dire et Taire
est-ce cette lumière qui va vers un naufrage
est-ce le petit bruit presque tragique des feuilles sous nos pas
la mémoire d’animaux fantastiques et doux
allongés pour toujours
où le
sang se mélange au Verbe et à l’ordure ?

Entre le Dire éther
tu les sais toi tu sais les impasses qui rampent
et qui obligent l’âme aux risques du lyrisme ou de la concision
cette quête vers quoi ?
On nous fendra le dos comme si du bois sec
la hache est toujours joyeuse
et pourtant - la douleur - on reviendra mourir encore un peu de rêve entre deux dunes noires
on reviendra cracher ce qui pourrait se dire si on savait se taire
les morceaux les éclats et tout ce qui insiste

Tu le sais
Toi
qu’il faut aller vers les débuts les plus pauvres
les plus fous les plus courbes
que la parole marche toujours par-dessous de ce qui est prononcé
que le plus angoissant ce n'est jamais la mort
qui n'est qu'idée de la mort
mais la vie et ses mots
on n'est humain que par ce qu'on raconte
tu le sais
Sentinelle




Partager cet article

Repost 0
publié par Viviane Lamarlère - dans Botanique de l'étymologie
commenter cet article

commentaires

Miche 07/08/2010 07:17



Entre dire et taire, une tension, douloureuse parfois, et cela est plaisir de se savoir exister.


Entre dire et taire, un glissement, une porte qui s'ouvre, sans que l'on sache la porte...


Vos mots sont puissants de ce "dire et taire".



Russalka 07/08/2010 13:53



Sans que l'on sache la porte... merci de ce bel écho, Miche!



lutin 07/08/2010 00:26



Entre le dire et le taire, peut-être le regard, il dit et se tait, à l'autre de savoir regarder. Un trés beau texte qui fait réfléchir. Merci.



Russalka 07/08/2010 13:51



Ce qui filtre à travers le regard
ce que le vent m'apporte tout chargé de sel
de larmes ou de lumières
Oui, cela aussi est langage
langage premier...



Corinne 06/08/2010 15:43



S'exprimer par le silence ou la parole...


S'enfermer dans un mutisme car le silence a certaines valeurs, significations ; il interpelle... Il révèle, bien souvent, une désapprobation, un profond désespoir, voire une souffrance !


Mais les voix tues sont-elles plus significatives que les mots prononcés ? Peut-on entendre le silence d'autrui ? Comment l'auditeur le perçoit-il ?


Ou bien... Ressentir le désir de dire et choisir la verbalisation car le silence est pesant. Préfèrer la force des mots mais utiliser des mots apprivoisés, pesés...


Une bien délicate frontière à franchir...



Russalka 07/08/2010 13:49



Tu aurais pu faire des études de philo, Corinne, car ta démarche est soutendue par ce souci de clarté et de recherche de la
vérité.
Oui, la frontière est délicate et parfois en choisissant avec trop de souci ou de tact, ne se prive t-on pas de ce qui fait l'essence de ce que l'on aurait eu à dire, qui était peut-être violent?
ou bien au contraire, ne remet-on pas à ssa juste place, dépassionnée, cette fureur ou cette douleur qui nous agite, en lui donnant les mots qui l'encadrent et la tiennent en laisse comme tout
fauve affamé?
merci de ton commentaire qui questionne...



aimela 06/08/2010 09:43



Je préfère dire que taire, taire c'est souffrir encore et toujours et pourquoi? On n'a qu'une vie et si on se la pourri par toutes les souffrances tues, je préfère  partir tout de
suite. Dire oui mais une seule fois , ne pas  faire des litanies  non plus sinon, on en revient toujours aux souffrances . Hurler les maux  et puis passer à autre chose.
Excuse  ma passion su ce commentaire mais que veux tu , je suis impulsive . Bises Viviane 



Russalka 07/08/2010 13:46



Tu as tout à fait raison, je crois absolument en l'urgence du dire quand il y a eu souffrance, sinon on prend le risque que le corps
ne dise à sa manière parfois pleine de désastres et même de mort.
Ne t'excuse aps de ta passion, j'aime la sincérité, avant toute chose. Bisous Aimela!



juliette 06/08/2010 09:27



Toute la question est là, Où se placer entre le Dire et le Taire.


Il est difficile de trouver le juste milieu, entre le silence et les plaintes


 


J'admire toujours autant tn acriture


 


Bises



Russalka 07/08/2010 13:43



Merci Juliette, pas trop le temps d'écrire en c e moment donc je reposte d'anciens textes ;o).



Mes radios

France Culture le player en direct

Et dis,si on...

Ma page Facebook